Lien Facebook

Sécurité : L’enjeu vaut mieux qu’un courrier à France 2 !

sans-titre

Jeudi 29 septembre 2016, France 2 diffusait un documentaire sur la sécurité du système ferroviaire dans l’émission « Envoyé Spécial ».

Fébrile, la Direction SNCF communiquait à 3 reprises, pendant l’émission, par le biais de l’application « Les Infos » et publiait, dès le lendemain, une lettre ouverte à France Télévision.

 

 Pour la CGT, la sécurité est un sujet primordial du Service Public ferroviaire. Mais, comme tous les cheminots, nous ne pouvons que constater une dégradation en la matière, notamment du fait des restructurations successives et de la politique de l’emploi.

LES CHEMINOTS SONT COMPÉTENTS, ENGAGÉS ET RESPONSABLES !

La Direction SNCF rappelle cette évidence dans son courrier, mais ses décisions ne confirment pas cette confiance :

 Les métiers qui concourent à la sécurité ont été segmentés par activité, créant des interfaces lourdes, encore aggravées par la réforme ferroviaire qui sépare « la roue du rail » dans 3 EPIC différents. La tentation de l’autonomie sur les contenus de formation, et la politique sociale différencié sont grandissantes, le GPF se désengage de son rôle d’intégrateur, pourtant garant de la sécurité.

 La sous-traitance privée a été introduite et développée dans de nombreux métiers, malgré les défaillances importantes qui en découlent. Aucune démarche de la Direction SNCF n’est engagée pour ré-internaliser des charges, ce qui menace, à terme, le maintien des compétences et des savoir-faire des cheminots. L’EPIC est vampirisée au profit des filiales, ou même des sous-traitants privés, qui ont recours à du personnel précaire, mal formé et désorganisé.

 La politique de l’emploi a cassé les effectifs pour des motifs financiers et a conduit à des pénuries qui ont touché la production. Par exemple, des tâches d’entretien sont reportées par manque d’annonceurs, les départs massifs d’agents qualifiés n’ont pas été anticipés.

 Les multiples alertes en CHSCT et CER ne sont pas prises en compte, voire même considérées comme des tentatives d’obstruction. Les instances spécifiques à la SNCF sont décrédibilisées par la Direction, qui ne cache pas sa volonté de les supprimer.

 La Direction n’hésite plus à mettre de l’argent sur la table par le biais de dispositifs de rémunération individuelle pour intégrer les cheminots à sa stratégie, au détriment du contenu des métiers.

 

Face à ces faits, le moins que l’on puisse dire, c’est que la Direction SNCF ne démontre pas son attachement et son soutien au professionnalisme des cheminots. Pour la CGT, il est urgent que ça change !

LA CGT REVENDIQUE :

 Une autre politique de l’emploi, pour répondre aux besoins de la production, de la sécurité, des conditions de travail, pour ré-internaliser des charges sous-traitées.

 Le retour à une production intégrée pour garantir une bonne coopération des services, des références techniques et réglementaires communes, et aussi améliorer la qualité du service rendu aux usagers.

 Le retour d’une réelle politique de formation continue, notamment pour les métiers de l’Equipement.

 La prise en compte systématique des alertes CHSCT et CER, l’instauration d’instances territoriales inter-EPIC pour aborder les problématiques locales Sécurité et faire des préconisations au CCGPF, l’abandon de la casse des CFHSCT…

 Une véritable reconnaissance de la compétence des cheminots, au travers de véritables déroulements de carrière et une hausse générale des salaires.

 

Les lettres ouvertes s’envolent et les actes restent. La CGT exige que la Direction passe du dire au faire sur la sécurité.

La CGT appelle les cheminots à être exigeants et à intervenir collectivement pour la défense de la sécurité dans leur travail quotidien !