Lien Facebook

QUAND LES CARS « MACRON » LICENCIENT…

images

Après avoir injecté près de 200 Millions d’Euros d’argent public en 5 ans, dans sa filiale low-cost OUIBUS, le groupe SNCF laisse aujourd’hui des salariés sur le bord de la route.

 

En effet, les salariés de OUIBUS Lyon, en lutte depuis plusieurs jours contre l’externalisation de leur activité, ont été placés en mise à pied conservatoire en vue d’un licenciement.

 

C’est donc le 1er acte significatif de la branche « OUI » lancée récemment en fanfare par le PDG du GPF SNCF : dire « non » au maintien de la production en interne et chercher à faire assumer les risques par d’autres compagnies pour ne plus être qu’un donneur d’ordre.

 

Au passage, les compagnies prestataires souhaiteraient, en plus, dégrader les conditions sociales et la rémunération des salariés.

 

Le projet, comme la procédure engagée à l’encontre des salariés, sont inacceptables !

 

La stratégie de la SNCF et de ses filiales ne peut être basée sur le dumping social et l’ubérisation généralisée du transport collectif.

 

OUIBUS, filiale créée par la direction SNCF pour concurrencer les trains, est à elle seule, l’illustration des politiques mortifères reposant sur l’externalisation, la dérégulation, la mise en opposition des salariés.

 

La Fédération CGT des Cheminots, ses structures locales et régionales exigent du Président de la République, du PDG de la SNCF, de la direction de OUIBUS, l’abandon des procédures de licenciement engagées et l’arrêt de l’externalisation de la conduite des cars de la filiale OUIBUS.