Lien Facebook

ENSEMBLE, TOUT EST POSSIBLE !

16_nov-bandeaux-1400x700Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, et les organisations de jeunesse UNEF, UNL, FIDL ont décidé de donner des suites revendicatives au processus engagé le 12 septembre dernier en appelant les salariés et la jeunesse à une nouvelle journée de grève et demanifestations le 16 novembre prochain.

 

Elles dénoncent et appellent à agir contre la politique actuellement menée qui vise à accroître les inégalités au profit d’une minorité.

La mobilisation interprofessionnelle contre les ordonnances et la politique de régression sociale du gouvernement ne faiblit pas.

Nous devons agir contre les nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, les réformes à venir sur l’assurance chômage, la formation professionnelle, la sécurité sociale, les retraites et notre régime spécial, l’augmentation de la CSG, les atteintes au service public.

ANCRAGE ET CONVERGENCE

La Fédération CGT des cheminots appelle à la mobilisation la plus large, non pas par solidarité, mais bien parce que les sujets interprofessionnels et professionnels sont liés.

En effet, les ordonnances concernent tous les salariés du pays, y compris les cheminots.

L’austérité imposée par le gouvernement impacte notamment la capacité de développement de la SNCF, affaiblit le service public ferroviaire.

Plutôt que de donner les moyens aux cheminots de travailler dans de bonnes conditions, à l’entreprise publique de répondre aux besoins de la Nation, le gouvernement fait le choix de généraliser l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs avec un projet de loi qui serait présenté dans le 1er trimestre 2018.

Pour cela, il organise jusque début décembre les Assises de la Mobilité, dans lesquelles le bus, le covoiturage, les modes de transport individuels sont privilégiés au détriment du train.

A cela s’ajoute un rapport confié à Jean-Cyril Spinetta par le gouvernement sur l’avenir du mode ferroviaire et dont les conclusions devraient être rendues fin janvier 2018. L’objectif est de contracter l’offre ferroviaire, l’outil de production, par la réduction des dessertes TGV, TER, TET, afin de favoriser les lignes dites « rentables ».

Ce rapport s’inscrit donc dans la continuité du déboulonnage consciencieux de la SNCF opéré par la direction de l’entreprise.

L’ENTREPRISE EST MENACEE DE DEMEMBREMENT

Le FRET risque l’externalisation en début d’année prochaine. De véritables plans sociaux sont organisés en territoire, les gares sont désertifiées par la fermeture des guichets et la casse des escales, la filialisation de Gares & connexions est en cours, l’EPIC SNCF est vidé avec un impact néfaste sur les droits des Cheminots (APF, cabinets médicaux…) et sur des services stratégiques pour l’entreprise (achat, informatique…), les réorganisations par produit préparent le transfert au privé, etc. Pour la CGT, pas question de se laisser démembrer !

Depuis le 1er novembre, la direction a décidé unilatéralement de l’extension du nombre de cheminots soumis à Déclaration Individuelle d’Intention. Cela ne doit pas être un frein ! Au contraire, démontrons par un dépôt massif de DII dans les services concernés que les cheminots entendent bien ne rien lâcher malgré les artifices utilisés par la direction.

La Fédération CGT des cheminots réaffirme que rien n’est irréversible pour contrer les choix du gouvernement. Elle estime qu’il est impératif de lancer un plan d’urgence ferroviaire afin d’améliorer les conditions sociales, de vie et de travail des cheminots, de gagner des moyens renforcés pour le service public SNCF.

Pour cela, la Fédération CGT appelle tous les cheminots, qu’ils soient soumis ou non à DII, à se mobiliser le 16 novembre prochain par la grève et à participer aux manifestations interprofessionnelles organisées sur le territoire.

Un préavis national a été déposé du 15 novembre 19h00 au 17 novembre 08h00.